Ceci n’est qu’un humble exemple de ce que je vous encourage à faire grâce à PAZAP:
partir à la  découverte de nouvelles aventures simples et utiles.
Ces reportages métiers correspondent à mon parcours personnel, à mes curiosités, à mes opportunités.
A vous de jouer !

Témoignage de professionnel

Nous sommes spécialisés dans la confection de bouquets de fleurs coupées pour la grande distribution. C’ est un marché étroit.
Les fleurs viennent du monde entier, hollande, Kenya, Ethiopie… Les délais sont courts et même si le produit voyage bien il faut donc être rapide.
Pour exercer ce métier il faut être très polyvalent, être un très bon acheteur, connaitre les questions d’approvisionnements, de la distribution de la confection mécanique.
Il faut être bon gestionnaire car la concurrence est rude avec la Hollande en particulier.On prend des engagements de prix à long terme sur un marché libre ou les prix sont très tirés et les volumes très importants. On s’engagent sur un prix de vente fixe alors que les prix d’achat fluctuent il faut donc avoir les nerfs solides.
Il y a de nombreux temps forts ou le rythme s’accélère, 1er mai, fête des mères, Saint Valentin…là il ne faut pas compter son temps et son énergie mais l’avantage c’est qu’on ne s’ennuie jamais.

Si tu aimes le risque et pas la routine c’est parfait !

Jean François

 

Mes impressions

Le 1 mai c’est la fête du travail et le traditionnel bouquet de muguet.
C’est fois ci je vais voir ça de plus près.

la fabrication des fameux petits bouquets est en fait un travail à la chaine !
Ça n’est pas le petit bouquet bucolique que j’imaginais ! C’est super fatiguant !

Une équipe par chaine c’est chacune son poste et la machine qui déroule à une vitesse dingue.
Chacune (oui « chacune » parce que sur ma chaine on est que des nanas…) est en charge d’1 étape seulement et ça dépote.
Mettre la pipette à eau, la feuille, le brin, le bouquet dans la pipette, le bouquet dans le sachet, le sachet dans le carton. Tout ça avec le va et vient des approvisionneurs. C’est franchement abrutissant. En fin de mission on peut changer de poste et la variété est plutôt sympa mais toujours à 100km/h !

Je ne regarderai plus jamais le muguet de la même façon mais je suis assez fière d’avoir mis mon « brin au bouquet » parmi les 800 000 brins de muguets et 1 000 000 de roses parties dans toute la France !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *