Le troisième atelier Jette toi à l’eau! portait sur les profils atypiques.

A cette occasion, nous avions convié Cyrille Lambert, consultant confirmé en recrutement IT pour Externatic afin d’avoir le point de vue d’un recruteur et savoir ce que les entreprises pensent réellement (en off) des profils atypiques.

La définition que nous avions retenue du profil atypique était la suivante : «
Un profil atypique est un profil qui n’a pas suivi la voie habituelle, qui n’a pas eu des postes dans le même secteur dans sa vie professionnelle, qui a tenté de nouvelles aventures au risque d’échouer ».
Nous avons commencé cet atelier en parlant de la notion de carrière. Il en résulte qu’aujourd’hui, les carrières ne sont pas linéaires, elles sont faites d’entrées et de sorties, de bifurcations et de reconversions. Le rapport au travail a changé. Le sens qu’on y apporte aussi. Les CDI sont devenus le Graal pour certains alors que les CDD sont devenus un choix pour d’autres. Les courtes missions (PVT, VIE, VIA) permettent d’exercer dans un pays, puis dans un autre.

Etre un profil atypique aussi génial soit-il, peut faire peur aux entreprises.
Pourquoi ?
En France, un CV avec 3 expériences différentes dans 3 secteurs différents peut légitiment effrayer. Que faire alors ? C’est la question que nous avons posé à Cyrille.

La première chose à faire est de trouver un fil rouge dans son parcours. En effet, un CV apparemment décousu ou incomplet ne donnera pas envie à un recruteur de recevoir un candidat en entretien. Et ce n’est pas le recruteur qui fera l’effort de trouver ce fameux fil rouge. Comme l’a souligné à juste titre Cyrille, être reçu en entretien, c’est avoir fait 70% du job. Le conservatisme a la vie dure et encore aujourd’hui, parce qu’un recrutement raté peut avoir des conséquences dévastatrices, un recruteur préférera souvent choisir la sécurité. Le besoin de sécurité des employeurs peut apparaître comme antinomique avec l’uberisation de la société. Néanmoins, à l’heure où tout est en perpétuel changement, un profil atypique saura trouver sa place et rassurer un éventuel employeur sur sa capacité à s’adapter et à innover.

Moralité, avant de rencontrer un recruteur, il faut avoir entrepris un travail sur soi, ses envies, ses objectifs, ses forces et ses faiblesses.
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les startups peuvent être assez conservatrices. En effet, comme expliqué par Cyrille, un recrutement raté dans une startup peut réellement mettre en péril la vie de l’entreprise contrairement à un grand groupe.
Un profil atypique devra donc observer ces quelques règles s’il veut faire mouche auprès d’un recruteur :
  • Souligner dans son CV, la cohérence de son parcours
  • Mettre en avant ses « soft skills », ses aptitudes (ex : appétit pour la nouveauté, faculté d’anticipation, motivation, capacité d’adaptation, capacité à prendre du recul)
  • Créer un lien humain avec le recruteur
  • Utiliser les réseaux sociaux (Linkedin) pour toucher les recruteurs qui l’intéressent
  • Rencontrer des personnes inspirantes, qui ont-elles-mêmes des profils atypiques et qui ont réussi
  • Utiliser la force d’un groupe pour aller de l ’avant et prendre du recul.
Au cours de l’atelier, nous avons non pas dressé un portrait-robot du profil atypique, mais souligné des caractéristiques communes aux profils atypiques dont voici le résultat :

Nous avons aussi remarqué qu’un grand nombre de personnes (dont certains participants) se perçoivent comme atypiques, mais ne le sont pas réellement. Pourquoi se dire atypique si on ne l’est pas ?

Plusieurs raisons peuvent expliquer cet état de fait :
  1. Difficulté à trouver du travail
  2. Difficulté à être reçu (e) en entretien
  3. Difficulté à trouver sa voie
Dans certaines situations, il apparaît parfois plus facile de se dire atypique afin de ne pas faire de bilan sur soi-même. Nous pensons que c’est une façon d’éviter de se poser les bonnes questions (qu’est-ce que je sais faire, qu’est-ce que j’aime faire, qu’est-ce que je sais faire, mais que je ne veux plus faire…) et de continuer à se dire : « Personne ne veut de moi parce que je suis atypique ».

Pour sortir de ce schéma, il est conseillé comme l’a souligné Cyrille à plusieurs reprises de faire un réel travail sur soi, d’examiner sans far son CV et de le refaire pour qu’il soit compréhensible et lisible. Ce n’est pas un travail facile, mais ce travail est absolument nécessaire pour se sentir aligné (e) avec ses objectifs, ses aspirations et ses valeurs. Lui-même l’a entrepris avant de se reconvertir dans les RH.

Les profils atypiques ont souvent tendance à souffrir du syndrome de l’imposteur.

En effet, dans la mesure où ils ne sont pas des spécialistes, mais souvent des généralistes, ils doutent beaucoup de leur légitimité. Là encore, il apparaît important de ne pas se laisser submerger par ce sentiment afin de ne pas passer à côté d’opportunités intéressantes. A titre d’exemple, Mee Yung, participante à l’atelier et pratiquant la broderie depuis 10 ans nous a fait part du sentiment d’imposture qui était le sien pour animer un atelier broderie. Il aura suffi d’un atelier de 2 h et de quelques échanges sur le groupe privé Jette toi à l’eau ! pour faire de son rêve, une réalité tangible.

Etre atypique n’est pas une maladie, mais une spécificité qui intéressera (nous le pensons) de plus en plus les entreprises. Dans un monde en constante mutation, les profils atypiques d’aujourd’hui sont certainement les profils typiques de demain.
Que l’on soit ou non un profil atypique, l’important est de ne pas se retrancher derrière ce vocable et de savoir ce que l’on veut vraiment afin de séduire l’employeur de ses rêves et lever les freins qui pourraient exister à son embauche.
Pour terminer la soirée, comme d’habitude échanges de cartes de visite, d’idées, de convictions et de doutes se sont poursuivis autour d’un superbe buffet préparé par notre partenaire le DOJO Nantes que nous remercions pour son accueil légendaire !
« L’avenir n’est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n’as pas à le prévoir, mais à le permettre » Saint-Exupéry
Colombe Paland et Céline Chauvet
Pour une petite immersion vidéo c’est par ici !!
Pour suivre la communauté et ne pas rater le prochain atelier sur le networking efficace, rdv sur notre page facebook et notre groupe meetup.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *